Skip to content

9 juillet 2013

Les élèves de 3°2 slament en langue allemande

photo_slam

Article paru dans les DNA le 09/07/2013

Les jeunes slameurs, heureux de participer à la finale.

Depuis trois ans, l’Olca (Office pour la langue et la culture d’Alsace) et le rectorat de Strasbourg proposent un tournoi de slam en alsacien afin de renforcer l’expression dialectale dans les collèges d’Alsace

En cette année franco-allemande et dans le cadre du 50e anniversaire du Traité de l’Élysée, le tournoi de slam s’est ouvert à l’allemand, langue des voisins, amis et partenaires du Rhin supérieur. L’objectif de la MAERI (Mission académique à l’enseignement régional et international) était d’inviter les collégiens français à slamer en alsacien ou en allemand et les partenaires allemands en alémanique ou en français.

45 finalistes

Avec le soutien du chef d’établissement, Annie Weimer, et sous l’impulsion de leur professeur d’allemand, Anna Gallien, 23 élèves de 3e 2 du Collège Poincaré ont participé au projet qui réunissait dix établissements scolaires et 45 slameurs finalistes.

La participation active des élèves a été couronnée par une sortie scolaire le 7 juin aux Tanzmatten de Sélestat.

Lors de ce tournoi final, seuls 25 % des élèves avaient eu le courage de slamer en langue étrangère, contre 65 % en langue régionale.

Encouragés avec enthousiasme par leurs camarades, c’est donc un beau défi qu’ont su relever, grâce à leur engagement, les cinq élèves de 3e 2 sélectionnés à l’issue du tournoi interne pour représenter le collège Poincaré. Un pari gagné pour Mme Gallien qui souhaitait proposer un projet fédérateur capable de rassembler et de motiver ses élèves en difficulté dans sa matière. Le slam représente une forme jeune et moderne de pratique de la langue étudiée. Cet événement festif et convivial a connu un franc succès.

Après une sensibilisation au slam par Lucie Rivaillé (U-Bic), les élèves avaient participé à des ateliers d’écriture créative avec un slameur venu du Palatinat, Alexander Geiger, et avec leur enseignante.

Des ateliers d’apprentissage de la déclamation les avaient préparés à prendre la parole en public.

Ce projet original leur a permis non seulement de découvrir une nouvelle forme d’expression artistique et ses représentants sur la scène européenne tels Grand Corps Malade et Fauves (France), Dizraeli (Grande-Bretagne), Laurin Buser (Suisse) et Bas Böttcher (Allemagne), mais aussi de développer leurs compétences linguistiques et de prendre confiance en eux.

Comments are closed.